Ce qu’est le M.E.O.

(Texte datant des années cinquante)

Mouvement de l’Enfance Ouvrière

I. - CE QU’EST LE M.E.O.

Mouvement d’Education Socialiste

Il ne s’agit pas pour nous de faire une éducation politique. L’éducation socialiste dont se réclame le M.E.O. ne saurait être une formation de l’individu en vue de l’adhésion à un parti politique quelconque, à coup de formules, de symboles, d’affirmations distribuées par les adultes à des jeunes passifs et soumis. Mais plutôt elle est éducation active, elle aide l’enfant à prendre conscience de lui-même, à se libérer des entraves de la société actuelle pour lui permettre le développement complet de sa personnalité. Elle est réaliste, elle met l’enfant en face des réalités de la société dans laquelle il vit, et le prépare à prendre sa place dans une société socialiste, en le faisant vivre dans nos communautés d’enfants où se mettent en pratique l’amitié et la solidarité.

II. - PRINCIPES PEDAGOGIQUES DU M.E.O.

Autoadministration

Par notre éducation, nous voulons que les enfants participent à l’organisation et à l’administration de leurs collectivités. L’enfant doit sentir que ,chacun est solidaire de la réussite ou de la faillite du travail entrepris.

Une caractéristique de notre mouvement est la participation des enfants à l’administration de leur équipe et aux décisions concernant les activités de cette équipe.

Autodiscipline

Elle est nécessaire pour le bon fonctionnement de toute collectivité où ne sont pas appliquées les méthodes autoritaires. Les enfants doivent y arriver, par un effort constant sur eux-mêmes. Nos équipes étant organisées démocratiquement, l’effort d’autodiscipline des enfants consiste également à accepter les décisions prises à la majorité. Ils en arrivent ainsi à limiter leur liberté dans le cadre de l’équipe, pour permettre à chacun de se manifester librement.

- 1 ° d’Unions de Parents et Amis,
- 2° de Communautés d’éducateurs appelés Aides,
- 3° de Communautés d’enfants.

Les Enfants

Les enfants sont séparés, suivant l’âge, en Faucons de Nid,
Jeunes Faucons,
Faucons Rouges,
Jeunes Pionniers,
Pionniers Rouges.

Ces communautés sont administrées par les enfants eux-mêmes qui élisent leurs responsables.

Ces fonctions ne sont pas des titres, elles ne comportent aucune distinction matérielle (décoration) ; elles exigent des enfants un effort de travail et de discipline pour la bonne marche de la communauté. Elles éveillent chez l’enfant le sens de la responsabilité et de la solidarité qui unit les membres d’une même communauté.

Ces notions sont développées dans des collectivités plus importantes : nos camps régionaux, nos Républiques nationales et internationales.

Les Aides

L’Aide n’est ni un chef, ni un surveillant, ni un moniteur. C’est un ami. II est aux côtés de l’enfant pour lui faciliter le développement de sa personnalité, pour lui apporter un appui dans les diverses circonstances de sa vie au sein du groupe et dans la société.

L’Aide doit faire abstraction de toutes ses prérogatives d’adulte pour se considérer sur un pied d’égalité totale avec l’enfant. C’est l’individu en qui l’enfant a entièrement confiance, vers lequel il se tourne pour obtenir les solutions des nombreux problèmes qui se posent à lui, en qui il voit un exemple vivant.

Un Aide, sous peine de voir son effort pédagogique anéanti, ne doit jamais décevoir la confiance que les enfants mettent en lui.

L’Aide doit acquérir la connaissance de l’enfant au point de vue psychologique, la connaissance générale et doctrinale de la pédagogie active, et ceci par :

- 1 ° La participation à des cercles d’aides et des stages.
- 2° La pratique de l’éducation active dans nos groupes d’enfants.
- 3° La lecture de la littérature d’éducation.
- 4° L’observation et la critique objective du milieu social.
- 5° L’échange des Aides sur le plan national et international.

Les Amis

Les Groupes d’Amis, composés de tous ceux qui s’intéressent à l’enfance, dans le sens de notre éducation, constituent le soutien matériel et moral des comités d’enfants.

IV. LES TECHNIQUES

Les techniques ne sont pas un, but en soi ; elles sont un moyen d’expression de l’enfant par lequel il affirme et enrichit sa personnalité. C’est également par la pratique de ces techniques, c’est par les jeux, les chants, les jeux dramatiques, les travaux de bricolage en commun, les enquêtes, le camping, etc., que les enfants acquièrent le sens de leurs responsabilités et le sentiment d’appartenir à une collectivité.

Centres d’intérêt.

Nous établissons nos programmes d’activité en vue de la réalisation d’un travail précis : fête de solidarité, représentation de marionnettes, enquête sur les métiers, commémoration de faits historiques prolétariens, etc.

Chaque membre de la collectivité doit apporter sa contribution à la réalisation du programme de travail. C’est ensuite que se fait l’autocritique où chaque Faucon exprime librement son opinion sur le travail réalisé et ses suggestions pour les activités futures.

V. CONCLUSION

Les caractéristiques de notre mouvement sont en résumé les suivantes :

Education en dehors de toute politique, tendant à permettre à l’enfant de vivre dans des collectivités socialistes.

Acquisition des techniques comme moyens d’expression.

Absence de symboles, de distinctions honorifiques, de grades, de promesses.

Opposition à toute méthode autoritaire : l’Aide n’est pas un chef.

Coéducation.

Internationalisme.

AMITIÉ

SOLIDARITE

 [1]

Notes

[1Imp. Alex JARLET, 29, Rue Gratiolet - BORDEAUX