Le Quesnoy août 1956 Départ des Bordelais

Le Quesnoy : République des Faucons rouges de 1956

Fin du camp, photos du départ des bordelais devant la gare.

Alain Veillon

Reçu par message électronique le 3 décembre 2010 le texte suivant :

J’ai participé en 1956 a la république de Le Quesnoy.
J’habitais cette ville et mon copain Bernard m’avait accompagné dans cette démarche. Nous avions même récupéré du materiel qui était entreposé à l’école ou ma mère était directrice. La section SFIO ne nous a pas beaucoup aidé dans cette aventure.


Je rentrais de vacances… Oh des vacances bien mornes pour un garçon de 17 ans,le cumul quoi, bac loupé, séjour dans la campagne dans une maison isolée, vipères et guêpes et taureaux , vacances à la ferme , visite à Château-Chinon, l’ermite François Mitterrand dans son hôtel était lui aussi bien au calme.

Etonnement de voir sur le glacis des remparts du Quesnoy ce camps de scouts qui n’en sont pas, et qui vous accueillent, mon camarade Bernard - c’est lui qui m’y a emmené- et moi - faucons rouges… Mixité, dialogue, laïcité voir athéisme mêmes lectures – Koestler, Hemingway, Sartre. Une grande bouffée d’internationalisme, à cette époque je ne rêvais que de revoir se constituer une nouvelle internationale ouvrière, effacer le congrès de Tours etc.…et puis il y avait le rêve Kibboutzim… une épopée.

Puis vint la fin de l’été. Le camp fut vidé, nous y allions même en pèlerinage, Bernard et moi. Un reste de feu de camp…L’espoir de constituer un groupe au Quesnoy… Le matériel fut entreposé à l’école des filles que ma mère dirigeait. Je lui ai un peu forcé la main.

C’est la section SFIO, ou bien le maire mollétiste ministrable qui ne voyaient pas d’un bon œil les troublions du MEO parasiter son fief. Fin d’un rêve. Il y en eu d’autres !

Raymond Devender